provenance des internautes depuis le 18 janvier 2013

Signalez ce blog

Pour traduire ce blog; for translation :

Une erreur est survenue dans ce gadget

Nombre d'accès à ce blog :

Rechercher dans ce blog et sur le web (Si cela est indexé) :

Chargement...

Pierre PICARD - FRANCE

« Edouard-Jeramec. ― La semaine dernière, au Havre, il a été procédé aux Chantiers de la Méditerranée, à Graville, au lancement du vapeur câblierEdouard-Jeramec, construit pour le compte de la Compagnie française des câbles télégraphiques. Cette opération a parfaitement réussi. A 10 heures, le Edouard-Jeramec, remorqué par les Abeilles VIII et XI, est entré au port et est allé s’amarrer au quai de la Garonne, où il sera procédé aux derniers travaux. Ce navire est le premier câblier de ce type construit en France ; il a les caractéristiques suivantes : longueur entre perpendiculaires, 82 m.50 ; largeur au fort, 12 m. 50 ; creux, 7 m. 90 ; tirant d’eau, 6 mètres. Son déplacement est de 3.780 tonnes. Il sera muni de deux machines alternatives de 1.900 chevaux de force qui actionneront chacune une hélice. Ses installations pour les câbles seront pourvues des derniers perfectionnements ; le nombre des cuves à câbles est de trois. » ― 1929 : Le bâtiment est cédé à la All America Cables & Radio Inc., société qui avait son siège social à New-York, au 67, Broad Street. Son exploitation fut poursuivie sous la même dénomination. ― 1946 : Le bâtiment est acquis par l’administration française des Postes, Télégraphes et Téléphones, qui le renomme Pierre-Picard. ― Décembre 1952 : Le bâtiment est sinistré dans le port de Brest (circonstances indéterminées). ■ L’origine du nom du câblier. Le câblier de la Compagnie française des câbles télégraphiques tenait son nom d’Édouard Dieudonné JÉRAMEC, alors président en exercice du conseil d’administration de cette société, président du conseil d’administration de la Compagnie générale des voitures à Paris et directeur de la Compagnie des eaux minérales de Pougues (Nièvre), commune dont il fut le maire. Né le 28 août 1846 à Paris, fils d’Abraham – dit Alexis – JÉRAMEC, et de FrédériceHERRMAN-BETTINGER, et décédé le 4 août 1916 à Paris, il était ancien élève de l’École polytechnique (X-1865) et ancien officier du Génie, arme où il fut admis en 1867, ce qui le conduisit à faire la guerre de 1870 avec le grade de lieutenant. Il avait été promu chevalier de la Légion d’honneur en 1880, officier en 1900 et commandeur en Octobre 1910 (Le Figaro, n° 283, Lundi 10 octobre 1910, p. 1). Par ailleurs, Édouard JÉRAMEC exerçait ou avait exercé les mandats d’administrateur des sociétés suivantes : ― Banque française pour le commerce et l’industrie, dès la formation de cette société, le 25 juin 1901 ; ― Compagnie générale d’électricité ; ― Compagnie générale des tramways à vapeur de Paris à Saint-Germain ; ― Compagnie générale de traction ; ― Compagnie générale transatlantique ; ― Société des ateliers et chantiers de la Loire ; ― Société industrielle des téléphones. Enfin, à partir de 1908, il avait siégé en qualité de représentant de la navigation maritime au Comité consultatif des chemins de fer. Édouard JÉRAMEC avait épousé Gabrielle Anne PICARD, née à Paris, le 7 mai 1861 et décédée en cette ville, à la fin du mois de Mai 1930 (Le Temps, n° 25.115, Mardi 27 mai 1930, p. 4, en rubrique « Nécrologie » ; Journal des débats politiques et littéraires, n°146, Mardi 27 mai 1930, p. 3, en rubrique « Nécrologie »). Durant la guerre, elle s’illustra en qualité d’infirmière major et de directrice d’œuvres de bienfaisance, ce qui lui valut d’être décorée de la Croix de guerre (Ibid.). http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/edouard-jeramec-cablier-sujet_2768_1.htm

Aucun commentaire: